Séance – Les modalisateurs et Journey

Durée : 3h/4h30 (si l’on termine le jeu)

Problématique : Comment développer un récit au passé à partir d’une image, d’une vidéo ou d’un jeu vidéo ?

Organisation de la classe : Collectif, individuel, binômes.

Support : Rétroprojecteur -> Jeu Journey. Le jeu est disponible en téléchargement à partir du PSN (service de téléchargement de jeux créé par Sony pour ses consoles). L’idéal serait d’acheter le Journey Special Edition. En effet, on trouve dans cette édition trois jeux qui sont exploitables en FLS/FLE. En occasion, le jeu est trouvable à 15 euros environ, 30 euros pour du neuf.

Public : A2

Compétences travaillées : 4 compétences langagières (CO : Consignes et discussions collectives, CE : consignes et littératures liées à la thématique du désert, PE : rédiger des réponses aux questions, bâtir une théorie, écrire un récit, poser des questions, PO : présentation du travail du groupe et discussions collectives + travailler en groupes + s’auto-corriger et corriger les autres.

Connaissances travaillées : Un jeu vidéo indépendant + les modalisateurs + un auteur de bande dessinée ou de littérature jeunesse + les phrases interrogatives + le passé composé.

Journey est un jeu vidéo particulier. En effet, aucune instruction n’est donnée au joueur. L’interface utilisateur est quasiment vide. Il ne reste alors que l’intuition. Que faire ? Où vais-je ? A vous de le décider. Journey joue énormément sur l’implicite. Son absence de narration explicite permet au joueur de développer ses propres théories, de mettre en ébullition son imagination. C’est ce point que j’ai voulu développer avec mes élèves. Découvrir et créer leur propre scénario, prolonger l’histoire. 

4fc2ba2b-1e28-4ea0-950a-6ee7b2217404

Lire la Suite

Lecture – Des pixels à Hollywood (Alexis Blanchet)

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, la chronique d’un livre qui dresse un parallèle intéressant entre le jeu vidéo et le cinéma. De quoi nous donner des idées pour construire des séances « Histoire des arts » en oubliant pas d’insérer un peu de littérature là-dedans. On cantonne trop souvent nos élèves à étudier des oeuvres sans comprendre l’articulation des arts et la dimension économique qui sous-tend chaque production culturelle. Ce livre, facile d’accès, donnera quelques informations utiles sur les liens entre Hollywood et le secteur du jeu vidéo. Pourquoi ne pas proposer aux élèves le classique du 7ème art qui est King Kong, en lien avec une thématique sur la mythologie, les monstres ou la ville, avec son pendant vidéoludique à savoir Donkey Kong premier du nom ? Osons !

https://i0.wp.com/www.antoinebauza.fr/wp-content/uploads/Pixels_Hollywood_Firts_Couv.jpg

Lire la Suite

Lecture – Jeux Video, l’art du XXIème siècle (Nick Kelman)

Bonjour tout le monde,

Pour ce nouveau billet, j’aimerais vous parler d’un livre proposant une belle synthèse du jeu vidéo (belle car le livre est en réalité un beau livre) avec quelques textes intéressants pour penser le jeu vidéo. Art ou pas ? Art bien évidemment. L’occasion aussi de travailler cette notion éminemment complexe et polémique avec votre public au fil d’un pêle-mêle ou d’une séance sur l’argumentation portant sur l’art. De quoi nourrir la curiosité de vos apprenants en leur apportant de nombreuses références (De La Poétique d’Aristote à ce livre). Des activités à réserver à un public B1/B2.

Avec Jeux Vidéo, l’art du XXIe siècle, Nic Kelman tente la synthèse du beau-livre, plaisir des yeux et art de la contemplation, et de l’essai réflexif. Équilibre difficilement trouvé, il n’en demeure pas moins que cette tentative des éditions Assouline ravira par sa finition à défaut de ses idées. Pas de grandes réflexions donc mais des pistes et quelques jalons posés ici et là.

https://i0.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/51520E18RDL._SX322_BO1,204,203,200_.jpg

Lire la Suite

Lecture – Les Cahiers du jeu vidéo : Les légendes urbaines

Bonjour tout le monde,

Nouveau livre chroniqué aujourd’hui, ce dernier porte sur une thématique bien précise présente dans le jeu vidéo et pouvant être source d’intérêt pour la construction de séances : les légendes urbaines. Idéal pour traiter la ville, la mythologie et le pouvoir créateur de la fiction (véritable réinvention du monde).

La série Les Cahiers du jeu vidéo, dirigé par Tony Fortin, des éditions Pix’n Love, propose via plusieurs tomes indépendants une réflexion pertinente sur les jeux vidéo. L’occasion, grâce à un regroupement d’articles autour d’une thématique globale, une sorte de fil conducteur, d’effectuer ce travail d’analyse aussi jouissif que nécessaire à propos d’un médium encore pauvre en ce qui concerne le volet critique.

https://i1.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/61OmbhUTi7L._SX341_BO1,204,203,200_.jpg

Lire la Suite

Lecture – Making-of d’un jeu vidéo – Les personnages de la Belle et la Bête

Bonjour tout le monde,

Une chronique aujourd’hui pour vous aider à mieux comprendre le jeu vidéo de l’intérieur. L’occasion de voir qu’un jeu vidéo c’est un travail collectif conjuguant tous les arts ou presque. Un « art total » comme disent certains.

Un livre se décidant à retracer toutes les étapes de la création d’un jeu vidéo, c’est un projet pour le moins ambitieux et délicat. C’est pourtant ce que propose ce livre issu de la collection Cahiers du designer. Au programme, un making-of du jeu La Belle ou la bête de Lexis Numérique.

https://i0.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/5151QBW9Q2L._SX399_BO1,204,203,200_.jpg

Lire la Suite

Lecture – Les maîtres du jeu vidéo (David Kushner)

Bonjour tout le monde,

Nouvelle chronique avec cette fois une focalisation sur deux créateurs de jeux vidéo : John Romero et John Carmack. Pourquoi le lire ? Pour découvrir ce monde fascinant de la création de jeux vidéo à ses débuts. Un petit portrait pour mieux comprendre l’évolution du jeu vidéo et son fondement un brin anarchiste.

Alors que de nombreux ouvrages sur les jeux vidéo traitent de l’histoire du média,  à la manière d’une rétrospective chronologique, souvent sans âme et sans commentaires, il est agréable de découvrir des documentaires sur des personnalités du jeu vidéo. Les Maîtres du jeu vidéo de David Kushner propose en effet de s’attarder sur deux figures, John Romero et John Carmack, les deux John d’ID Software, pour expliquer leurs parcours respectifs mais également leurs philosophies du jeu.

https://i2.wp.com/ecx.images-amazon.com/images/I/41LgzBNNMTL._SX319_BO1,204,203,200_.jpg

Lire la Suite

Séance – Introduction aux contes avec Anna’s Quest

Durée : 4h

Problématique : Comment faire connaître des contes aux élèves ?

Organisation de la classe : Collectif, individuel, binômes.

Support : Rétroprojecteur, jeu Anna’s Quest (20 euros sur Steam : en ce moment, promo à 9,90 euros) + contes : Cendrillon, Le Petit chaperon rouge, Raiponce, etc. (voir liste des jeux dans le déroulé de la séance).

Public : A2

Compétences : compréhension orale (analyse d’images animées), compréhension écrite (divers contes), production orale (exposés et restitution collective, pêle-mêle), production écrite (rédiger un conte, une fiche d’identité d’un personnage de conte, le résumé d’un conte).

Connaissances : quelques auteurs de contes (Grimm, Andersen, Perrault), un jeu vidéo allemand (Anna’s Quest), temps : réactivation du présent, définir ce qu’est un conte (genre littéraire, première approche).

En pensant cette séance, je voulais imaginer une approche en douceur des contes. Tous les élèves en connaissent mais savent-ils ce qu’est un conte ? Connaissent-ils réellement l’histoire originelle de grands titres comme Cendrillon ? Afin de les aider à aborder un genre littéraire riche, et d’emmagasiner intelligemment de nombreuses références (en les comprenant et en les comparant), j’ai trouvé que le jeu d’aventure Anna’s Quest était parfait pour une entrée en matière. Bien entendu, on peut ensuite continuer avec le logicile (gratuit) Twine pour les amener à écrire leur propre conte : la séance est ici.

https://i1.wp.com/cdn.akamai.steamstatic.com/steam/apps/327220/header.jpg

Lire la Suite

Lecture – Qui a peur des jeux vidéo ?, de Serge Tisseron

Bonjour à tous,

Nouveau livre, nouvelle chronique. Pour mieux comprendre le jeu vidéo, je vais cette fois-ci non pas du côté du journalisme mais de la psychologie. Très intéressant pour combattre quelques idées reçues.

Un psychologue qui parle des jeux vidéo, en général ça débouche sur quelques considérations caricaturales doublées de ce vieux fond propre à la profession constituant à tout rapporter au Moi sans vraiment considérer des facteurs extérieurs comme le groupe, le travail et j’en passe. Avec ce billet, je vais vous rendre compte de ce livre édité chez Albin Michel intitulé Qui a peur des jeux vidéo ?.

https://i0.wp.com/www.albin-michel.fr/images/couv/3/1/4/9782226187413g.jpg

Lire la Suite

Séance – Découvrir le fantastique via Alone in the dark

Durée : 5h

Problématique : Comment relater une expérience passée ?

Organisation de la classe : Collectif, individuel, binômes.

Support : Rétroprojecteur, jeu Alone in the dark (gratuit sur abandonware) + « Le miroir déformant » d’Anton Tcheckov + 2 feuilles d’exercice sur le passé composé + fiche-consigne sur le contrôle final + texte de la cinématique initial + un contrôle sur le passé composé (exercices).

Public : A2-B1

Compétences : compréhension orale (analyse d’images animées), compréhension écrite (Introduction du jeu Alone in the dark, petit texte), production orale (exposés et restitution collective, pêle-mêle), production écrite (rédiger une nouvelle fantastique).

Connaissances : quelques auteurs fantastiques (dont Tcheckov), un jeu vidéo français (Alone in the dark), temps : le passé composé, le genre du fantastique.

Contrôles : exposés sur les monstres, contrôle collectif sur le passé composé, devoir maison sur la rédaction d’une nouvelle fantastique, exposé Tcheckov, exposé sur nouvelle fantastique (autre que Tcheckov),

Pour cette séance, je tenais à aborder à la fois un temps du passé très répandu (le passé composé), moyen de voir ou revoir les participes passés et auxiliaires, mais également un genre littéraire qui s’est répandu dans les autres formes d’art : le fantastique. Souvent, les confusions sont nombreuses entre fantastique/fantasy/science fiction, etc. Le jeu Alone in the dark est un jeu français et gratuit. Il joue beaucoup sur l’ambiance et le mystère, idéal pour travailler également la déduction et une certaine gestion du suspense.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/7/73/Alone_in_the_Dark_boxart.jpg

Lire la Suite

Lecture – L’empire des jeux de Vincent Montagnana (Synthèse des jeux vidéo)

Bonjour tout le monde,

Certaines personnes semblent intéressées par les jeux vidéo mais n’y connaissent rien et sont intimidées par l’ampleur du média. Quelques décennies seulement mais un choix incroyable de jeux. J’ai donc décidé de lire et chroniquer quelques livres traitant du jeu vidéo afin de vous aider dans vos prolongements personnels en allant directement vers les bonnes sources. Aujourd’hui, un petit livre L’empire des jeux qui offre une synthèse claire du média.

La collection « Les 50 plus belles histoires », issu de Timée-Editions, nous proposait en 2005 au sein de ce parcours un détour du côté des jeux vidéo. Rien de plus logique de voir un tel sujet abordé pour des livres « ouverts sur Internet », autrement dit  fournissant à qui le veut des compléments de lecture sur divers sites. C’est le journaliste Vincent Montagnana qui se chargea de l’entreprise à l’époque.

https://i0.wp.com/i2.cdscdn.com/pdt2/3/1/2/1/700x700/9782915586312/rw/l-empire-des-jeux-les-50-plus-belles-histoires-d.jpg

Lire la Suite